UA-72462198-1

30/12/2012

BOLIVIE & Festival de Cine de los derechos humanos de Sucre

Veredicto del jurado Festival 2009

 

Festival cine jurado del Festival DDHH de Sucre Bolivia DSC04561c

El jurado conformado para evaluación los films en competición internacional dentro del 5to Festival de Cine de los Derechos Humanos, después de una evaluación rigurosa del conjunto de producciones realizadas por los meritorios directores y sus equipos, tiene el honor de dar a conocer el siguiente resultado:

 1º Expresamos nuestra admiración y respeto hacia todas las producciones realizadas porque las mismas demuestran calidad y un compromiso por los derechos humanos, resultando por ello muy difícil la decisión asumida.

2º Sin desconocer los méritos del conjunto de producciones concursantes, arribamos a la siguiente conclusión:

CATEGORÍA CORTOMETRAJE

Ganador: Boomerang                                                                                     

Tema: Discapacidad                                                                                  

Director: Daryoush Garibzabeh                                                                       

País: Irán 2008

 Por la manera original de abordar la temática de la discapacidad y por la tenacidad expuesta por la filmación para sobrepasar y vencer los obstáculos.

 MENCIONES ESPECIALES

1º Tsímane                                                                                                   

Tema: Pueblos Indígenas                                                                            

Director: Patricio Maldonado, Rubén Chacón                                                    

País: Bolivia 2009

 Por exponer la situación de exclusión social y el grado de vulnerabilidad que afecta al pueblo Tsimane.

 2º Aranceles                                                                                          

Director: Melo Viana                                                                                        

País: Brasil 2008

 Por la estética metafórica lograda y la singularidad del enfoque propuesto para abordar el tema de la alineación de su propia cultura.


CATEGORÍA MEDIOMETRAJE

Ganador: Tentayape, la última casa                                                           

Tema: Pueblos Indígenas                                                                              

Director: Roberto Alem Rojo                                                                            

País: Bolivia 2008

 El tema central derecho a la identidad es tratado con claridad desde el principio. Otros temas secundarios, como la búsqueda de un estilo de vida alternativo a la sociedad de consumo, son tratados en el desarrollo del tema por el contraste entre escenas de vida en la comunidad, donde el trabajo es parte del encuentro comunitario y la explotación en la zafra.

El manejo del lenguaje visual es bueno. Con poco apoyo del comentario. Son los propios actores los que muestran el mensaje con su vida.

Destacamos que el principal actor, el “capitán grande”, por su papel como defensor del derecho de la comunidad a vivir como son.

Consideramos que la película transmite valores importantes tanto para el contexto actual que vive el país como para el contexto mundial por los problemas que la globalización está ocasionando.

 MENCIÓN ESPECIAL

Lucanamarca                                                                                              

Director: Carlos Cárdenas y Héctor Galves                                                      

País: Perú 2008

 Por la gran cualidad de cinematografía y narración que revela las luchas de reconciliación y el pasado complejo del pueblo de Lucanamarca en Perú que fue y sigue siendo un ejemplo para todos.

 

CATEGORÍA LARGOMETRAJE

Ganador: El Juez y el General                                                               

Tema: Justicia                                                                                                              

Director: E. Fransworth / Patricio Lanfranco                                                         

País: EEUU/Chile 2008

Por la búsqueda rigurosa de la verdad, su mensaje de esperanza y su contundente llamado a la justicia.

 MENCIONES ESPECIALES

 El cementerio de los Elefantes                                 

Tema: Memoria                                                     

Director: Tonchi Antezana                                              

País: Bolivia 2009

 Para que la indiferencia, la exclusión social y la desesperación no sean ya una realidad en nuestras sociedades.

 

 2º Contra el grano: Una guía de supervivencia                                    

Tema: Cultura                                                                                           

Director: Ann Kaneko                                                                                       

País: Perú 2008

Por la originalidad del enfoque artístico y por resaltar la fuerza e importancia de la cultura como medio de resistencia y denuncia frente al poder.

De acuerdo con el conteo de votos el Premio del Público ha sido otorgado a:         

El Cementerio de los Elefantes                                      

Director: Tonchi Antezana                                               

País: Bolivia 2009

Para que la indiferencia, la exclusión social y la desesperación no sean ya una realidad en nuestras sociedades.

El jurado Internacional:

Waldo Albarracín - Bolivia

Adrienn Luckas - Holanda

César Pérez - Bolivia

Anne Delstanche - Bélgica

Gabino Dominguez - Bolivia

Jeffrey Hodgson - Suiza

Rafael García - Bolivia

Estelle Varas - Bélgica

 

 

 Festival de cinéma des Droits de l'Homme en Bolivie:

 

4 Festival IMGA0322blog

 Salle comble chaque soir, le Festival est un événement dans la petite ville de Sucre.            

 

 

4 Festival DSC04581blog

L'Equipe de choc du Festival qui accompli une tâche extraordinaire et nous offre un accueil chaleureux.

 

 

4 Festival DSC04643blog

Et le directeur avec ses invités équatoriens venus présenter leur spectacle de danse.

 

4 Festival cine DDHH DSC04572blog

Les élèves qui ont suivi la formation de cinéma au sein du Festival reçoivent leur certificat. Le professeur est un cinéaste de l'INSAS à Bruxelles et le cours sucite beaucoup d'interêt.

 

 

4 Festival cine DDHH DSC04557blog

Moment de détente, s'y retrouvent le jury, les réalisateurs, conférenciers, artistes venus des 4 coins du monde pour le Festival.

 

 

4 Festival DSC04642blog

participation d'une délégation de la communauté Kallawayas qui viendront présenter le documentaire de Frédéric Cordier en avant première pour la Bolivie.

 

 

5 Fiesta nativa DSC04613blog

Cérémonie de pose de la première pierre de la future cinémathèque des droits humains de Sucre

 

 

5 Fiesta nativa DSC04620blog

Fiesta nativa pour la cinémathèque, les habitants participent.

 

 

5 Fiesta nativa IMGA0329blog

 

 

Bolivie


1 A Avion Santa Cruz Sucre DSC04522c

 

Il faut savoir que la Bolivie est un pays potentiellement riche, son sous-sol regorge de matières premières, c’est le deuxième pays d’Amérique latine producteur de gaz naturel, il détient du pétrole, du zinc, de l’étain, de l’argent. Et malgré tout cela le pays a la triste réputation d’être le plus pauvre d’Amérique latine.  

 La Bolivie n’a pas échappé à la règle qui veut que la plupart des pays d’Amérique latine ont eu à souffrir dans les années 70 de coups d’Etat qui ont mis au pouvoir des dictatures militaires extrêmement répressives (assassinats, disparitions, tortures en étaient le lot quotidien)  suivies de gouvernements « démocratiques » élus par une toute petite minorité de la population, car la majorité ne se reconnaissait pas dans les candidats et ne prenait donc pas la peine d’aller voter. Des gouvernements qui se suivaient et se ressemblaient et dont la politique néolibérale outrancière n’a fait qu’aggraver la réalité d’une société très divisée entre quelques familles extrêmement riches et un énorme pourcentage de laissés pour compte. 

Ces gouvernants ont bradé les richesses de la Bolivie à des multinationales et l’oligarchie s’est réservée les meilleures terres par des moyens qui n’avaient rien de légaux. La richesse se retrouve donc entre les mains de quelques familles qui s’empressent de placer leur argent dans les banques étrangères.  

Les dirigeants n’avaient pratiquement pas de politique de développement, il suffit de voir l’état des routes pour s’en convaincre, aucune infrastructure.  

Alors que la Bolivie est un des plus importants producteurs de gaz naturel, le pays est pourtant celui d’Amérique latine où l’accès à l’énergie électrique est la plus faible, 67% de la population, c’est surtout dans les villes que la population a accès, et encore … pas partout. Quand aux zones rurales, elles vivent encore à l’aire de la bougie et de la lampe à pétrole. Une population qui souffrait d’un taux d’analphabétisme élevé, jusqu’il y a peu et l’accès à la médecine était réservée à ceux qui avaient les moyens de payer.  

La population indigène discriminée, objet d’un mépris insupportable comme c’est le cas dans tout le continent et vivant dans des conditions d’extrême pauvreté.

Lorsqu’en 2005, se présente Evo Morales à la présidence, un syndicaliste d’origine indigène, la population andine qui depuis plusieurs siècles lutte pour la reconnaissance de ses droits, se réveille et va voter massivement. Pour la première fois un président sortira vainqueur des élections avec un pourcentage de votes de plus de 50%.

 La première tâche que se donne le nouveau gouvernement est de lutter pour la récupération des ressources naturelles au bénéfice de toute la population (70% vivent en dessous du seuil de pauvreté). Les fonds récupérés doivent servir à développer le pays, construction de route, projet d’électrification, et à soulager la population de la misère dans laquelle elle se trouve : Différents programmes d’aide sociale sont en route : une pension minimum (la renta dignidad), est octroyée aux personnes âgées qui jusque là n’avaient droit à rien et survivait tant bien que mal, une aide aux écoliers pour lutter contre l’absentéisme scolaire et le travail des enfants, une aide à la maternité ….

Des accords de coopération sont signés entre le gouvernement bolivien et le gouvernement cubain qui apportera son appui à la campagne d’alphabétisation avec de bons résultats, le pays est déclaré « Libre d’analphabétisme » en décembre 2008.

Tout cela au milieu d’une opposition de plus en plus violente qui tente d’empêcher toute réforme et fera tout ce qu’elle peut pour bloquer la naissance d’une nouvelle constitution. Tous les moyens sont bons, assassinat de paysans, violences et graves offenses aux peuples indigènes, tentatives de déstabilisation,  préparation d’actes de terrorismes et complots en vue d’assassiner le président.

 


La Paz DSC04707r+

La Paz

 

La Paz DSC04702r+

 

 

Sucre DSC04538c

Sucre

 

 

Sucre DSC04537r

 

 

Sucre DSC04536r+

 


L'an dernier (le 25 avril 2008), le président Evo Morales, premier président d'origine indigène devait se rendre à Sucre pour y participer à la commémoration d'un événement historique, celui de la première révolte qui a fini par aboutir à la décolonisation. Des jeunes appartenant à l'oligarchie l'ont empêché de se rendre dans la ville et ont traîné les gens qui étaient venu l'accueillir sur la place publique, les ont battu, déshabillés, mis à genoux crachant sur eux, une violence inouïe, offensés, battus, humiliés, les indigènes ont décidés de revenir cette année sur la grand place pour dénoncer ces actes qui n'ont jusqu’à aujourd’hui même pas été punis par les autorités de la ville (dirigée par l’opposition)  qui tolèrent ce genre d’actes puisqu’ils n’ont rien fait pour poursuivre les responsables.

 

 

Sucre marcha contra el racismo IMGA0414r+

Sucre: 24 mai 2009 manifestation de protestation contre le racisme et les violences de 2008

 

Sucre manif contre acisme DSC04749r

Cette année, le gouvernement décide de célébrer le bicentenaire dans trois villages de la province de Chuquisaca, de nombreuses représentations diplomatiques seront présentes.

  

 

Tcataquila IMGA0405r 

A Tchataquila,

 

Ravelo IMGA0386c

Ravelo

 

El Villar Evento bicentenario del grito liberatorio IMGA0443c

 El  Villar

 

El Villar IMGA0430c

 

 

El Villar bicentenario IMGA0442r+

 

.......................................................................

Bruxelles, 7 décembre 2007

Rencontre avec le cinéaste bolivien HUMBERTO MANCILLA et l'ambassadeur de Bolivie CRISTIAN INCHAUSTE

Organisé par L'Ambassade de Bolivie en Belgique, le SEUL, Le Comité de Solidarité pour la Bolivie, Les Amis de Cuba.asbl, Cubanos en Bélgica.ASBL

A l’ULB: Faculté des sciences humaines - Auditoire H22-15 - 19h30

LE CINEMA ET LE PROCESSUS SOCIAL DANS LA BOLIVIE DU 21ème SIECLE, REFLEXION SUR LES EVENEMENTS DE CES DERNIERES SEMAINES EN BOLIVIE

avec

HUMBERTO MANCILLA : Cinéaste bolivien et directeur du "Festival de cine de los derechos humanos" Sucre Bolivie & S.E. Mr CRISTIAN INCHAUSTE Ambassadeur de Bolivie en Belgique

La soirée commencera par la projection de 4 films choisis dans le catalogue du "Festival de cine de los derechos humanos de Sucre en Bolivie



250Tupaj Katari2bmp     250 Tupaj Katari   

 

250Tupaj Katari43



  1. El Espiritu de Tupaj Katari de Humberto Mancilla - 2006- 30m - VO St français. Le mouvement autochtone bolivien qui a porté Evo Morales à la présidence de la Bolivie réalise une prophétie ancienne.
  2. Sueños del pais de Alfredo Ovando, Bolivia, 2004, 10min. documentaire.Les enfants et  adolescents donnent la vision du pays auquel ils rêvent et l’expriment au travers de maquettes. Ils découvrent comment améliorer la situation et rêvent d’une Bolivie qui associe les enfants et les adolescents.
  3. . La sangre de la Pachamama - de Pablo Solon, Bolivia, 2003, 16 min. documentaire. Illustre la problématique de l’eau, en particulier dans les zones des hautes Andes. Ce documentaire a été un instrument extraordinaire pour expliquer au public le danger qu’il y a à exporter les eaux souterraines des  communautés montagneuses de Bolivie, du Pérou et du Chili, des zones qui souffrent d’un processus de désertification. 
  4. Caminos en democracia  de Jesús Pérez, Bolivia, 2007,13 min. Dessin animéCe film parle du problème de la cohabitation démocratique dans un pays en constant processus de changement.    

Entrée libre.


 a festival bolivia


Festival de cinéma à Sucre :

Vous pouvez consulter le site web à cette adresse.

http://www.festivalcinebolivia.com/Principal.htm 



Conférence du 7 décembre 2007

 

DSC03205

DSC03216

 

 

         
   DSC03209




DSC03207        

Pages :

1- Présentation

2- Pages :     link

3- Agenda :     link

4- Documentaires :      link

5- Interviews :      link

6- La réalisatrice :      link

7- Curriculum :     link

8- Comprendre le monde :      link

9- Le cinéma cubain :      link

10- La musique cubaine :      link

11- Silvio Rodriguez :     link

12- Biennale de La Havane :     link

13- Voyager à Cuba autrement :     link

14- Haïti deux ans après :    link

15- Bolivie :     link

16- Festival de cine pobre :    link