UA-72462198-1

12/01/2015

TRAGIQUE ANNIVERSAIRE - HAÏTI LE 12 JANVIER 2010

DOCUMENTAIRE HAÏTI / DOCUMENTAL HAITI

Un film de Anne Delstanche

Synopsis en français

Haïti a payé un prix exorbitant pour avoir "osé" se libérer le premier de l'esclavage . Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 est venu écraser encore un pays déjà très éprouvé par son histoire. Un grand mouvement de solidarité internationale avait vu le jour. Les médecins cubains étaient sur place travaillant à l'amélioration du système de santé et ont été en première ligne dès le début pour secourir les blessés. Qu'en est-il aujourd'hui, quelles coopérations se développent sur le terrain avec quels résultats? Entre "humanitaire" solidarité et marché de la reconstruction quel avenir pour Haïti? WEB: http://habana.skynetblogs.be/ __________________________________________________________                

Synopsis en Español

Haití pagó un precio exorbitante por atreverse a liberarse el primero de la esclavitud. El seismo del 12 de enero del 2010 aplastadó más todavía a un pais muy dañado por su historia. En este momento, se llevó a cabo un importante movimiento de solidaridad. Los médicos cubanos ya estaban alli trabajando para mejorar el sistema de salud y se encontraron en primera linea desde el primer momento para cuidar a los heridos. Que es lo que está pasando hoy en día? Cuales cooperaciones se están desarollano y con cual resultado? Entre "humanitario", solidaridad y mercado de la reconstrucción cual porvenir para Haití?

 in English 

Haiti has paid an exorbitant price for having "dared" end the first of slavery. The earthquake of January 12, 2010 has come to crush even a country already proven by its history.

A large international solidarity movement was born.

What about today, which cooperation are developing now and with what results?

Between "humanitarian" solidarity and reconstruction market What futur for  Haiti?

______________________________

Français


 

Español 


 

English 


22/12/2014

CINEMA /RETOUR A ITHAQUE de Laurent Cantet - Critique-

Retour à Ithaque
Un film de Laurent Cantet (France) - distribué par Cinéart
Sortie sur nos écrans le 3 décembre 2014

Tout se passe sur une terrasse où les personnages, 5 amis d'enfance,  évoquent différentes étapes de leur vie. Ils font partie de cette génération qui a participé à  l'expérience révolutionnaire, avec ses enthousiasmes et ses déceptions, ses émotions, ses interrogations, ses critiques. Tous y ont cru à leur révolution, s'y sont investis, et tous ont reçu de plein fouet l'arrivée de la "période spéciale" un moment extrêmement difficile qui a suivi la disparition de l'URSS, réveillés par une géopolitique qui a bien failli tout emporter sur son passage.  Un film qui capte l'attention dés les premières images même s'il n'y a pratiquement aucune action.

Les personnages évoquent toutes ces étapes qui ont profondément marqué leurs vies. Il y a ceux qui continuent à y croire, ceux qui ont choisi la corruption, la compromission à la recherche d'avantages personnels, ceux qui ont renoncé à leur rêve, ceux qui ont quitté le pays, les perspectives bloquées, les salaires insuffisants, Les raideurs des institutions, les incompréhensions et pressions d'une politique culturelle restrictive.

Pourtant, certains dirigeants n'ont jamais abandonné le combat pour ouvrir aux artistes l'espace d'expression dont ils ont besoin, lutte parfois difficile où ceux-ci n'ont pas toujours été gagnant, mais où certains comme Alfredo Guevara, directeur de l'ICAIC  (Institut Cubain d'Art et Industrie Cinématographique) , Abel Prieto, Ministre de la culture, n'ont jamais cessé de les soutenir défendant une politique culturelle ouverte. La société Cubaine comme toute autre a été le terrain d'une lutte entre des conceptions et visions différentes.Il faut souligner aussi qu'aujourd'hui les choses ont bien changé et que le pays s'est beaucoup ouvert à tous points de vue.

Cuba n'a jamais pu vivre dans un contexte de paix depuis l'avènement de la révolution. Le harcèlement a été permanent, interventions armées, nombreuses attaques terroristes contre l'île, tentatives de déstabilisation , blocus économique n'ont jamais cessé au cours des  55 ans de révolution et se poursuivent encore aujourd'hui. Et ce n'est pas une mince affaire de transformer un pays tout entier et d'avoir à reconvertir son économie dans l'urgence par deux fois, la première fois lorsque les EEUU,  imposèrent un blocus drastique sans cesse renforcé aujourd'hui encore , la seconde fois lorsque l'Union Soviétique disparaissait et que du jour au lendemain 80% des relations commerciales cessaient d'exister, laissant le pays dans une crise dramatique.
 
La désillusion appartient à ceux qui ayant trop rêvé se sont déconnectés de la réalité. On ne peut oublier à aucun moment que toute construction de l'homme ressemble à celui-ci dans son imperfection et que l'on doit lutter de façon permanente pour éviter les pièges. Et si la révolution n'a pas toujours montré le visage le plus positif qu'il soit elle n'est pas non plus ce qu'on voudrait en faire ici, une monstruosité occulte et répressive. Elle a livré un combat difficile pour atteindre ses objectifs malgré ses erreurs internes et tout ce qui a été tenté pour l'empêcher de respirer. Une société recroquevillée pour parer les coups a plutôt tendance à se fermer, à chercher à se protéger, à s'emmurer ce qui n'est pas propice à l'ouverture et ceci l'affaiblit, la rend vulnérable fait monter le mécontentement.  Une aubaine pour ceux qui veulent la détruire car la sclérose aussi tue.

Un film qui  garde une justesse de ton et donne la parole à des intellectuels cubains sans y ajouter les habituels jugements extérieurs déconnectés dont sont spécialistes certains "observateurs" étrangers qui en deux coups de pinceau déforment et simplifient une réalité extrêmement complexe qu'on n'appréhende certainement pas en quelques semaines passées sur place. Des personnages attachants, une tendresse à fleur de peau et cette chaleur humaine tellement cubaine. Car la révolution a aussi apporté cela, une qualité humaine profonde qui vous fait sentir sur une autre planète, elle a l'énorme mérite d'avoir détruit le mépris de classe qui aujourd'hui encore gangrène l'Amérique latine toute entière. A  Cuba, tout le monde se traite sur un pied d'égalité, un trésor inappréciable!

Les Cubains tâtonnent à la recherche d'une issue qui ne les ramènent pas au désastre néo-libéral qu'expérimente le monde aujourd'hui. La question essentielle est : Comment arriver à maintenir justice sociale et indépendance. La réponse personne ne la possède réellement mais personne ne s'avoue vaincu pour autant.

Un film intéressant, touchant, qui doit permettre de réfléchir en oubliant tous les stéréotypes qui meublent nos cerveaux.  Une tâche difficile vu le martèlement et conditionnement puissant qui nous fait réagir  à tout ce qui concerne cette île avec des à priori sévères.

Des interprètes de haut vol comme Isabel Santos ou Jorge Perrugoría.


La désilusion :   Une chanson de  Silvio Rodriguéz

Comme la monnaie
elle fait sonner son refrain
la désillusion.
 
Avec la bouche rouge,
et de grands seins flasques,
la désillusion.
 
Fumant des blondes
et sentant l'alcool.
Brodant sur la lingerie
le propriétaire du lit

Quel délire de questions.
Quel suicide en investigation.
Un éblouissant défilé de mode,
la désillusion.
 
Elle a ouvert une entreprise,
ressuscitant le loisirs,
la désillusion.
 
Comme le tourisme
a inventé l'abîme,
la désillusion.
 
Elle a touché le diamant,
et en a fait du charbon.
Elle a semé le vagabond
dans l'administration.
 
Quel délire de questions.
Quel suicide en investigation.
Un éblouissant défilé de mode  
La désillusion.

 



SILVIO RODRIGUEZ : LA DESILUSION

04/12/2013

MEDIALIBRECINE : Présentation



Français

Español

English

Deutch

Nederlands

30/12/2012

CONTENU DES PAGES / PÁGINAS

 

1- Présentation

2- Contenu des pages - Contenido de las páginas

 link

 3- Agenda des projections / Agenda de las proyecciones

link

4- Les documentaires / Los Documentales

 link

 - HAÏTI, L'APPEL DU LAMBI / Haiti, el llamado del caracol reina / Haiti; sounding the conch shell for battle (français, español, english)

- LE SOLEIL, NOUVEAU PETROLE DE CUBA?  / El sol, nuevo petroleo de Cuba? / The sun, new oil of Cuba? (français, español, english)

- BOLIVIE, UNE REVOLUTION ELUE / Bolivia una revolucion elegida / Bolivia an elected revolution (français, español, english)

- LA HAVANE UTOPE EN CONSTRUCTION / La habana utopia en construccion / Havana een utopie in opbouw (français, español, Nederlands)

- LE CINEMA INVISIBLE SORT DE L'OMBRE / El cine invisible en plena luz (français, español)

5- Courts métrages et interviews / Cortes y entrevistas

 link

 - INTERVIEW/ENTREVISTA MARIELLA CASTRO (Fille de Raul Castro) - Libération éducation sexuelle, lutte contre l'homophobie, le débat et la participation à Cuba. (Français/Español) (2012)

- ELAM - Ecole latino-américaine de médecine médecins de science et conscience / Medicos de ciencia y conciencia / Doctors of science and conscience (français, español, english, deutsch) (2012)

- ALPHABETISATION / YO SI PUEDO -  le chemin du développement Wi Mwen Kapab / Camino al desarollo, Yo si puedo (français, español) (2012)

- VIDATOX (français, español) (2011)

- APPEL DE ADRIANA PEREZ, une parodie de justice à Miami (Français/Español/Deutsch) (2012)

- ATTENTION MEDIAS / CUIDADO MEDIOS INFORMATIVOS (français, español) (2012)

- BRUXELLES : C'est toujours le temps où Bruxelles bruxellait.(2008)

- FESTIVAL VAMONOS DE THÉÂTRE AMATEUR, échange entre groupes belges et cubains. (2014)

 

6- La réalisatrice, filmographie et festivals / La realizadora, filmografia y festivales

 link

 7- Curriculum projections / Curriculum proyecciones

 link

 8- Documentaires pour comprendre le monde / Documentales para entender al mundo

 link

 La crise / Monsanto/Moving forward/Nouveaux chiens de garde/Rumba catalana/Jornada contra la homofobia en Cuba ...

9- Le cinéma cubain

 link

 10- La musique cubaine

 link

Histoire, sélection de morceaux à écouter, Traditionnel, Vieja y Nueva Trova, Classique, Jazz, nouveau  ...

11- Silvio Rodriguez recital complet Bruxelles 1994 / Recital completo Bruselas 1994

link

12- Biennale de La Havane 2012 

link

13- Voyager à Cuba autrement.

link

14 - Découverte humour : Frank Lepage

 

15- Haïti deux ans après ...

link

16- Bolivie & Festival de Cine de los derechos Humanos (Sucre)

link

17- Festival de cine pobre de Gibara

link

18 - Pour ceux qui aiment l'architecture : ISA Ecoles d'arts de La Havane Ricardo Porro

http://habana.skynetblogs.be/archive/2012/10/13/jornada-cubana-contra-la-homofobia-cuban-day-against-homopho.html

 19 - LA NOVLANGUE

http://habana.skynetblogs.be/archive/2012/09/11/courts-metrages-interviews-cortes-entrevistas-elam-alphabeti.html

 

AGENDA DES PROJECTIONS / AGENDA DE LAS PROYECIONES FUTURAS

P1000572.JPG

 

 

 

 

 

 

---------------------------------------------------
11 Oktober 2014 : ANTWERPEN (BELGÏE)
18h : SANTIAGO DE CUBA : SOLIDARITEIT VOOR EEN BETERE WERELD
Volkshuis - Kloosterstraat 50 - 2180 ELKEREN
---------------------------------------------------
Le 15 octobre 2014 : MADIANA (MARTINIQUE)


18H : Palais des congrès de MADIANA


LE SOLEIL, NOUVEAU PÉTROLE DE CUBA?
----------------------------------------------------
Du 18 au 20 juillet 2014 : FORT NAPOLEON - La Seyne sur Mer (FRANCE)
LA HAVANE UTOPIE EN CONSTRUCTION


http://www.bayamo.fr/crbst_13.html
Festival Cubain Bayamo
---------------------------------------------------- 
Du 27 au 29 juin 2014 : DORTMUND (ALLEMAGNE)
Festival de la solidarité

HAVANNA- EINE UTOPIE WIRD WIRLICHKEIT
-----------------------------------------------------   
Le 3 juin 2014 : MEZE (FRANCE)
LA HAVANE UTOPIE EN CONSTRUCTION
Cinéma Municipal Le Taurus
34 140 MEZE
-----------------------------------------------------  
14 Mai 2014 19h30 : BOCHUM (ALLEMAGNE)
HAVANNA- EINE UTOPIE WIRD WIRLICHKEIT
Evangelische Stadtakademie Westring 26C - 44787 BOCHUM
http://www.lokalkompass.de/bochum/politik/im-blickpunkt-cuba-altstadtsanierung-in-havanna-eine-utopie-auf-dem-weg-film-und-filmgespraech-mit-anne-delstanche-filmemacherin-aus-bruessel-d434061.html
-----------------------------------------------------   
 12 Avril 2014 : MAZY (BELGIQUE)
Centre Culturel de Mazy (GEMBLOUX)
LA HAVANE, UTOPIE EN CONSTRUCTION
Projection de photos et concert de musique Cubaine.

--------------------------------------------------------------------------   

Septiembre 2013 : BILBAO (ESPAÑA)

HAITI, EL LLAMADO DEL CARACOL REINA

en el 5º FESTIVAL INTERNACIONAL DE CINE INVISIBLE "FILME SOZIALAK" 2013 BILBAO

--------------------------------------------------------------------------------------------  

2 octobre 2013 : BRUXELLES

ULB (Université Libre de Bruxelles) Salle solbosch

LE SOLEIL, NOUVEAU PETROLE DE CUBA?

Activité organisée par les associations "Cubanos en Bélgica" et "Amis de Cuba"

------------------------------------------------------------------------------    

1- Présentation

 

2- Pages :     link

 

3- Agenda :     link

 

4- Documentaires :      link

 

5- Interviews :      link

 

6- La réalisatrice :      link

 

7- Curriculum :     link

 

8- Comprendre le monde :      link

 

9- Le cinéma cubain :      link

 

10- La musique cubaine :      link

 

11- Silvio Rodriguez :     link

 

12- Biennale de La Havane :     link

 

13- Voyager à Cuba autrement :     link

 

14- Haïti deux ans après :    link

 

15- Bolivie :     link

 

16- Festival de cine pobre :    link

LES DOCUMENTAIRES / LOS DOCUMENTALES

2012 - HAÏTI,L'APPEL DU LAMBI

EL LLAMADO DEL CARACOL REINA

 

De Anne Delstanche 

 

Synopsis 

Français

Haïti a payé un prix exorbitant pour avoir "osé" se libérer le premier de l'esclavage .

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 est venu écraser encore un pays déjà très éprouvé par son histoire. Un grand mouvement de solidarité internationale avait vu le jour. Les médecins cubains étaient sur place travaillant à l’amélioration du système de santé et ont été en première ligne dès le début pour secourir les blessés.

Qu'en est-il aujourd'hui, quelles coopérations se développent sur le terrain avec quels résultats? Entre "humanitaire" solidarité et marché de la reconstruction quel avenir pour Haïti?    

 

Español

Haïtí pagó un precio exorbitante por atreverse a liberarse primero de la esclavitud. El seísmo del 12 de enero del 2010 aplastó todavía más a un país muy dañado por su historia. En este momento, se llevó a cabo un importante movimiento de solidaridad. Los médicos cubanos ya estaban allí trabajando para mejorar el sistema de salud y se encontraron en primera línea desde el primer momento para cuidar a los heridos. ¿Que está pasando hoy día, que tipo de cooperación se esta desarollando y con cuales resultados? ¿Entre "humanitario", solidaridad y mercado de la reconstrucción, que porvenir para Haiti? 

 

 

 

PRENSA LATINA

Haïti, l’appel du Lambi : Un documentaire d’Anne Delstanche

Auteur: Amilcar Morales Garcia | Source: PL | 12 , Mars 2012

Le documentaire Haïti, l’appel du Lambi, a été présenté dans la mairie du XVe arrondissement de Paris, abordant la collaboration médicale cubaine après le séisme et l´épidémie de choléra dans ce pays caribéen.

Ce film, de la réalisatrice belge Anne Delstanche, montre le travail des spécialistes cubains, les premiers à s´occuper des victimes quand un séisme a détruit la capitale et d´autres villes de cette nation en 2010.

« Les Cubains ont construit un site dans le cœur des gens pour leur manière de travailler et d´être toujours à leur côté, avec un grand respect de leur culture et de leur façons d’être », a commenté Anne Delstanche lors d’une entrevue avec l’agence Prensa Latina.

Avant la tragédie, quand personne ne regardait vers ce pays, les médecins et les instituteurs de Cuba étaient déjà là pour offrir leur appui dans la lutte de ce peuple contre les séquelles de la pauvreté, de l´exploitation et de l´abandon, a expliqué la cinéaste.

Elle a expliqué que le séisme a ébranlé la communauté internationale mais de nombreuses collaborations extérieures sont arrivées et ont travaillé en marge du gouvernement et, parfois, contre ses orientations.

« Les Haïtiens sont très sensibles aux marques de respect envers eux, c´est pour cette raison qu’ils valorisent tant l´attitude des médecins et des spécialistes de Cuba », a signalé Anne Delstanche.

Dans le documentaire, des intellectuels et des fonctionnaires offrent leur témoignage, montrant une conduite en contraste avec celle d´autres pays qui ont d’abord envoyé des militaires armés sous le prétexte de garantir la sécurité.

Sur la présentation de son œuvre deux ans après ces événements, Anne Delstanche a expliqué que, regrettablement, quand Haïti a cessé d´être à la une, ce pays a disparu des écrans des téléviseurs et des premières pages des journaux européens.

« Ici les médias montrent des images impressionnantes pour attirer l´audition, mais ensuite tout est oublié, il n´y a pas un suivi et ils ne donnent pas l´opportunité aux gens de comprendre ce qui arrive vraiment là-bas. C’est pour cette raison que j’ai eu l´idée de présenter ce documentaire où on donne la parole au peuple haïtien et qui invite a réfléchir sur une forme de coopération solidaire et engagée, comme la cubaine et celle d’autres pays de l´Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA). Le documentaire est sur Internet et il peut être téléchargé gratuitement car l´objectif est d´atteindre une plus grande diffusion », a souligné la cinéaste.

Elle a ajouté qu´après cette projection lors de l’acte de solidarité avec les peuples, il y aura deux présentations de plus, une dans le nord de la France et l´autre à Bruxelles.

En ce qui concerne le titre, Anne Delstanche a rappelé que la coquille du lambi était utilisé pour convoquer la population haïtienne devant de grands événements, comme la révolution des esclaves qui a conduit à l´indépendance en 1804.

« Aujourd´hui le lambi doit appeler à nouveau pour transformer la réalité de ce peuple », a-t-elle souligné.

 

Synopsis du documentaire Haïti, l’appel du Lambi, un film d’Anne Delstanche.

Haïti a payé un prix exorbitant pour avoir « osé » se libérer le premier de l’esclavage. Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 est venu écraser encore plus un pays déjà très éprouvé par son histoire. Un grand mouvement de solidarité internationale avait vu le jour. Les médecins cubains étaient sur place, travaillant à l´amélioration du système de santé et ils ont été en première ligne dès le début pour secourir les blessés. Qu´en est-il aujourd´hui, quelles coopérations se développent sur le terrain et avec quels résultats ? Entre « humanitaire » solidarité et marché de la reconstruction quel avenir pour Haïti ?

 

 

Estrenan en Francia documental sobre médicos cubanos en Haití

5 marzo / Fuente original: PRENSA LATINA

París, 5 mar (PL) En la alcaldía del distrito XIV de esta ciudad fue estrenado el documental "Haití, el llamado del caracol reina", que aborda la colaboración médica cubana tras el terremoto y la epidemia de cólera en ese país caribeño.

La cinta, de la realizadora belga Anne Delstanche, muestra el trabajo de los especialistas de la mayor de las Antillas, quienes fueron los primeros en atender a las víctimas cuando un sismo destruyó la capital y otras ciudades de esa nación en 2010.

"Los cubanos han construido un sitio en el corazón de la gente por su manera de trabajar y estar siempre al lado de ellos, con un gran respeto por su cultura y su manera de ser", dijo Delstanche en entrevista a Prensa Latina.

Antes de la tragedia, cuando nadie miraba hacia ese país, ya los médicos y maestros de Cuba estaban allí para dar su apoyo en el combate a las secuelas de la pobreza, la explotación y el abandono, explicó la cineasta.

El terremoto estremeció a la comunidad internacional -explicó- pero mucha de la colaboración exterior llegó y laboró al margen del gobierno y, a veces, hasta en contra de sus orientaciones.

"Los haitianos son muy sensibles a las muestras de respeto hacia ellos", señaló, y por eso valoran tanto la actitud de los médicos y especialistas de Cuba.

En el documental, intelectuales y funcionarios ofrecen su testimonio al respecto y contrastan esta conducta con la de otros países, de donde lo primero que arribó fueron militares armados con el pretexto de garantizar la seguridad.

Sobre la presentación de su obra dos años después de estos acontecimientos, Delstanche explicó que lamentablemente cuando Haití dejó de ser noticia, desapareció de las pantallas de los televisores y las páginas de los periódicos europeos.

"Aquí los medios muestran imágenes impresionantes para atraer a la audiencia, pero después todo se olvida, no hay un seguimiento ni dan la oportunidad a la gente de entender lo que verdaderamente está ocurriendo allá", indicó.

Por esa razón vino la idea de presentar este documental donde se le da la palabra al pueblo haitiano y se invita a reflexionar sobre una forma de cooperación solidaria y comprometida, como la cubana y otros países del Alianza Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América (ALBA).

"El documental está en Internet y se puede bajar de manera gratuita porque el objetivo es alcanzar la mayor difusión", dijo la cineasta e informó que tras su exhibición aquí en el acto de solidaridad con los pueblos, esta semana hay dos presentaciones más, una en el norte de Francia y la otra en Bruselas. Respecto al título, Anne Delstanche recordó que el caracol era utilizado para convocar a la población haitiana ante grandes acontecimientos, como la revolución de los esclavos que condujo a la independencia en 1804.

"Hoy, el caracol debe volver a llamar para transformar la realidad de ese pueblo", sentenció.

 

 

 

TELESUR:

 

 

LE GRAND SOIR

6 mars 2012

Ayiti, l’appel du lambi.

alfare

La très belle vidéo du documentaire réalisé par Anne Delstanche et présenté par elotrocorreo samedi 3 mars au soir : Ayiti, l’appel du lambi (film trilingue) de l’émotion, de la réflexion et plein d’espoir...

DOCUMENTAIRE HAÏTI

Un film de Anne Delstanche

Synopsis en français Haïti a payé un prix exorbitant pour avoir "osé" se libérer le premier de l’esclavage . Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 est venu écraser encore un pays déjà très éprouvé par son histoire. Un grand mouvement de solidarité internationale avait vu le jour. Les médecins cubains étaient sur place travaillant à l’amélioration du système de santé et ont été en première ligne dès le début pour secourir les blessés. Qu’en est-il aujourd’hui, quelles coopérations se développent sur le terrain avec quels résultats ? Entre "humanitaire" solidarité et marché de la reconstruction quel avenir pour Haïti ? Ayiti, l’appel du lambi

On ne va pas attendre qu’il passe au multiplex le plus proche ni même à la tv et c’est bien dommage.

Donc on peut le voir ici

http:www.youtube.com/watch?v=wheGQKGVoe8 

 

partager largement ce lien avec les amis et cela ne nous empêche pas (au contraire) d’organiser des projections/débats ou d’acheter le dvd...

CONTACT : 

http://habana.skynetblogs.be/  medialibrecine@gmail.com

URL de cet article 16013  

http://www.legrandsoir.info/ayiti-l-appel-du-lambi.html

 

 

 

 

Commentaires / Comentarios

... Excelente, muy bello y sencible a pesar de la tragedia que refleja, entrevistas conmovedoras ... ya con este alcanzaste la mayoria de edad como realizadora ... es muy intimo, sencible y bello, a pesar de que las imagenes son desgarradoras y deja un sentimiento de esperanza, que es lo mejor que tiene, o sea al final, ese pueblo pudiera salir adelante en el futuro ...   RP

 

 

FELICIDADES!!!!!, PASARON AYER TU DOCUMENTAL DE HAITI EN LA MESA REDONDA A LAS 7 DE LA NOCHE, FINALMENTE LO PUDE VER EN SU VERSION FINAL, LOGRASTE UNA EDICION EXCELENTE, CON UN BALANCE PERFECTO ENTRE LAS IMAGENES DE VIDEO, LAS FOTOS ANIMADAS Y LAS ENTREVISTAS.... RP

 

... para agradecerte primeramente por jerarquizar la humanidad de nuestros médicos, en segundo lugar por utilizar la pintura Naive  haitiana y en tercer lugar por la profesionalidad con la que has dirigido este documental lograste llegar a el alma de todos, dando una óptica muy real de todo lo que aconteció en Haití y con nuestros conciudadanos que allí se encontraban de misión , yo recuerdo que cuando sucedió la catástrofe, se dieron algunas noticias peor tu hoy has logrado a través de las entrevistas realizadas llevar  a todos los miedos y los corajes de los que allí se encontraban .Bueno solo me queda desearte muchas felicidades y exhortarte para que  continúes con esta linda labor en la que te has encausado  AA

 

...  me quede maravillada, pues como espectadora  me pareció espectacular, pues llevo a todos el mensaje que ella quiso trasmitir, yo soy neófita en el arte de la cinematografía, pero  a mi me pareció que estuvo muy bien realizado y por ende dirigido, las entrevistas estuvieron muy bien y la fotografía fue buenísima, bueno aquí todos lo vieron y tienen la misma opinión, pues yo creo que desde que sucedió la catástrofe de Haití de la que no podíamos estar exentos por un problema de humanidad como habitantes de la tierra y como coterráneos de muchos médicos que allí estaban cumpliendo misión, no se habían proyectado en la televisión imágenes tan buenas como estas que he visto , pues ya te digo los diálogos fueron muy claros y en ellos se veían el miedo que sentían estos médicos ante un fenómeno de esta envergadura y como a la ves se enfrentaron con muchas ganas y ayudaron aun y sin las condiciones mínimas ..en fin que logro captar la atención de todos…  LS

 

 

TU SIEMPRE CON TU SENSIBILIDAD, PONIENDO TUS OJOS Y CAMARA, DONDE OTROS O VEN POCO O NO VEN NADA.

UNA VEZ MAS NUESTRAS FELICITACIONES.  AL

 

 

 ¡¡¡¡¡¡QUE BUENO QUEDÓ TU DOCUMENTAL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!, a mi me gustó y he oido comentarios muy positivos.    El guion esta bueno, tiene coherencia, cuenta una historia real y tragica.  El material tiene vuelo artístico.  Te felicito por tu trabajo y eres una verdadera cineasta.  JN

 

 

Me avisaron de la proyección de tu película en la mesa redonda del viernes 4 de mayo, con cobertura internacional, por telesur, lo cual de seguro tuvo una mayor teleaudiencia. Me gustó mucho, por su coherencia y alcance tocando muchos aspectos muy bien estructurado, dando en poco tiempo una visión realista de lo sucedido en esa nación desde su fundación hasta la fecha y su posible proyección, con narraciones de sus propios hijos. Respecto a la colaboración internacionalista de Cuba, está muy bien tratada y evidenciada visualmente, eso fue lo que me llamó mas la atención, el respaldo visual de los textos con una fotografía muy elocuente...Bueno que estas hecha una figura internacional del nuevo cine.  PL

 

 

Muchisimas gracias para esta obra! LM 

 

 

Muchas gracias por este documento. Refleja bien que mientras países tan democráticos para la gran prensa como Francia, EEUU o Canadá hacen subastas entre empresas para la reconstrucción de Haití, el gobierno cubano refuerza el envío de sus médicos que ya estaban allí, alfabetiza a la población y controla la epidemia de cólera entre haitianos. SL

 

 

Un film émouvant, intéressant qui aide à comprendre les raisons de l'état de délabrement de ce pays et montre qu'il ne faut pas de grandes sommes d'argent pour faire de grandes choses. J'ignorais totalement le rôle primordial des médecins Cubains au moment du tremblement de terre, dans la découverte de l'épidémie de choléra et la lutte contre la maladie. ML

 

 

De esto si no hablan los medios de comunicación, esto si es triste , y ademas la ayuda y la colaboración, que hay de nuestro país no hablan, solo comentan lo que les convienen, simplemente ,ellos son así, pero si fuese alguna estupidez, de  algún comentario o noticia de cuba, eso si lo sacan a la luz , y te marean con lo mismo , ya he tenido varias discusiones con gente de aquí por esto, por eso hay que seguir luchando por lo nuestro. A

 

 

 

Haiti, the call of the queen conch

 English subtitutled integral version  

 VIMEO

  By Anne Delstanche

 

Haiti has paid an exorbitant price for having "dared" end the first of slavery. The earthquake of January 12, 2010 has come to crush even a country already proven by its history.

A large international solidarity movement was born.

What about today, which cooperation are developing now and with what results?

Between "humanitarian" solidarity and reconstruction market What futur for  Haiti?

 

 

 

2010 - LE SOLEIL, NOUVEAU PETROLE DE CUBA?

EL SOL ¿NUEVO PETRÓLEO DE CUBA?

 VIMEO

 de Anne Delstanche con la colaboracion de Rolando Pujol

 

Synopsis 

Français 

Cuba se tourne résolument vers les énergies alternatives, solaire, éolienne, hydraulique, biogaz... Le pays s'est doté d'une fabrique de panneaux solaires et a sa propre technologie. Il coopère avec plusieurs pays dans le cadre de l'ALBA. Une indépendance énergétique à base d'énergies propres est-elle envisageable à moyen terme? 

Español 

Cuba desarolla las energias alternativas, solar, eolica, hidraulica, biogaz... El pais tiene una fabrica de paneles solares y su propia tecnologia. Coopera con varios paises en el marco del Alba. Una independencia energetica a raices de energias limpias sera posible a medio plazo? 

 

 

 

FESTIVALS:

Festival ProDocumentales de ALBACETE 2011 ESPAGNE 

Festival ATTAC 2010 BRUXELLES - BELGIQUE 

Festival Latino-Docs de TOULOUSE 2011 FRANCE

Festival de la Culture Cubaine 2011 BRUXELLES -  BELGIQUE

Festival Colores latinos de LILLE 2012 FRANCE

Festival Terra POINTE A PITRE -  GUADELOUPE 2012 

Festival de cine invisible "Filme Sozialak" 2012 BILBAO - ESPAGNE

 

 

 

Commentaires / Comentarios: 

Español

FELICITACIONES PARA LA INGENIERA QUE RECHAZA LA ENERGIA NUCLEAR Y APUESTA PORLAS RENOVABLES ME ALEGRA SABER DE MENTES ILUMINADAS EN CUBA TAMBIEN!

MrDANIELDMARTINRIOS 2012

 

la seca provincia de Guantanamo en su parte sur es ideal para el cultivo de pongamia pinnata y moringa

(conocida como tilo en Cuba) que son excelentes materias primas para la produccion de biodiesel ,no solo para consumo nacional pero comorubro exportador! Ademas paises como Brasil usan el bagaso de

cana como generador de electricidad no solo para los centrales sino su excedente para la red electrica

MrDANIELDMARTINRIOS2012

 

con las grandes empresas de paneles solares en China y las buenas relaciones de China con Cuba seria

muy factible paralas empresas chinas invertir en Cuba donde los salarios son inferiores a China ,

lo que posibilitaria a Cuba usar mayormente la energia solar para su generacion de

electricidad= independencia energetica!

MrDANIELDMARTINRIOS2012

 

Magníficoreportaje. Remitido desde Segundacita. Sopa de pescado para el alma revolucionaria.

gdscks2011

 

Bravo una buena alternativa para el planeta como para Cuba para dejar de depender de las energías fósiles y crear empleos y otrodesarrollo incluso en los países socialistas ya que su modelo energético sigue conservando la estructura del sistema capitalista...gracias por la pachamérica....

 

 

 

THE SUN, NEW OIL OF CUBA?

Vimeo


Synopsis 

Cuba turned resolutely towards alternative energy, solar, wind, hydro, biogas ... The country has a factory of solar panels and its own technology. It cooperates with many countries in the framework of ALBA. Energy independence based on clean energy is it possible in the medium term? 

 

 

 

2009 - BOLIVIE, UNE RÉVOLUTION ELUE

BOLIVIA, UNA REVOLUCIÓN ELEGIDA

Français

Español


De Anne Delstanche

 

Synopsis 

 

Français 

La Bolivie est très riche en ressources naturelles et c'est pourtant le pays le plus pauvre d'Amérique latine ou la population indigène est toujours victime d'un racisme primaire. Pourquoi cette situation et quelles sont les perspectives qui sont en train de s'ouvrir avec l'arrivée au pouvoir de Evo Morales. 

Español 

Bolivia tiene muchos recursos naturales, gas, petroleo, plata, zinc ... sin embrago es uno de los paises mas pobres de America Latina. Un pais donde la oligarquia demuestra un racismo primario en contra de las comunidades indigenas. Por que esta situacion y cuales son las perspectivas que se estan abriendo con el nuevo gobierno de Evo Morales? 

 

 

 

BOLIVIA AN ELECTED REVOLUTION (english)

 

 by Anne Delstanche

Bolivia's have many natural ressources, gas, oil, silver, zinc, tin ... and it is one of the poorest countries in Latin America, a country where the oligarchy demonstrated a primary racism againstindigenenous communities. Why is this and what happened with the arrival of the first indigenous president Evo Morales. Not long ago, the natives did not even have the right to do pollitics.

 

 

 

 

Muestra de cine documental   Luchas y resistencias populares en América        Plataforma Bolivariana y Club de Amigos de la UNESCO de Madrid

MADRID : 27 de mayo de 2010

Bolivia, una revolución elegida

 

Una imagen extraordinaria: El estadio de Leganés repleto de bolivianos, latinoamericanos, españoles de pie sobre las gradas que con aplausos y a viva voz daban la bienvenida y el apoyo a Evo Morales, es la escena que abre este documental. Una imagen que ha quedado para siempre grabada en la retina de quienes tuvimos el privilegio de participar en ese acto.

¿Qué perspectivas se abren en Bolivia? ¿Qué presente se vive con Evo Morales? Son los interrogantes que pretende responder Anne Delstanche en este film.

Un relato histórico comienza con la colonización de España y el sometimiento de los habitantes de esas tierras... Luego surgen elites que crearon emporios comerciales, dominando también la política del país; la revolución frustrada de 1952, empezada, pero nunca continuada, hasta llegar a las luchas populares que llevaron a la presidencia a Evo, quien desde el principio reaviva la confianza de “ese país que quiere vivir”.

La realidad cotidiana aparece en la pantalla.

Vemos el oscuro socavón de la mina, donde los mineros realizan su duro trabajo, bajo la protección de “El tío”, imagen que, según sus creencias, los protege de accidentes... allí un trabajador afirma que el gobierno de Evo los ha favorecido, aumentándoles el sueldo y con planes de vivienda.

En Potosí, un entusiasta maestro indígena que participa en los planes de alfabetización habla de una revolución campesina que se hizo hace 200 años, que hoy continúa con una revolución educativa y cultural, “porque la educación no tiene edad -dice- y lo que se aprende dura toda la vida”. Con el plan de alfabetización “Yo si puedo”, elaborado en Cuba y reconocido por la UNESCO, se logró en dos años declarar a Bolivia “Territorio libre de analfabetismo”. Esto continúa con planes más avanzados: “Yo puedo leer” y “Sí, puedo seguir”. Para ello no bastó tener maestros, sino también llegar con paneles solares y televisores a lejanos poblados que carecían de electricidad.

Aparecen las Brigadas médicas que han operado de la vista a 500.000 bolivianos-bolivianas, quienes han mejorado totalmente no sólo su visión, sino sobre todo su calidad de vida.

También vemos cómo preparan el “bicentenario”, reivindicando a sus héroes indígenas, los primeros que enfrentaron a los españoles: Juana Azurduy, Tupac-Katari... incluyendo un acto en Sucre como homenaje a las víctimas de la masacre de mayo de 2008 en manos de bandas racistas y violentas de la oligarquía explotadora.

Bolivia, un país donde a lo largo de los siglos un pueblo pobre caminó sobre un subsuelo rico en hidrocarburos y minerales… un país con una cultura ancestral, un mosaico de etnias indígenas… la mayoría del pueblo que siempre ha sido víctima de un racismo cruel de parte de una oligarquía que históricamente usó su poder despótico. Bolivia es un país que se pone de pie, conducido por Evo Morales, y está construyendo un desarrollo sostenible y el ansiado “buen vivir”.

 

 

 

2007 - LE CINEMA INVISIBLE SORT DE L'OMBRE

EL CINE INVISIBLE SALE DE LA SOMBRA


De Anne Delstanche et Humberto Mancilla

Synopsis

 

Français:

Depuis 5 ans la petite ville de Gibara accueille avec enthousiasme le Festival International du Cinéma Pauvre. Une initiative en faveur d'un cinéma alternatif et indépendant, pour la démocratisation du cinéma.

Ce court métrage est le résultat de la rencontre sur place de deux réalisateurs du « cinéma pauvre ». L'une Belge, l'autre Bolivien. Il vous transporte quelques minutes dans l'ambiance chaleureuse de cette petite ville accueillante et très fière de son festival.

 

Español:

Desde hacen cinco años, la pequeña ciudad de Gibara acoje con entusiasmo el Festival Internacional de cine pobre. Una iniciativa a favor de un cine alternativo e independiente, de la democratisación del cine.

Este corto es el resultado del encuentro en el mismo festival de dos realisadores del cine pobre. Una belga, el otro boliviano. Les lleva unos minutos en el ambiente caluroso de esta pequeña ciudad acogedora y tan orgullosa de su festival. 

 

 

 

2006 - LA HAVANE, UTOPIE EN CONSTRUCTION

LA HABANA, UTOPÍA EN CONSTRUCCIÓN

Français

Español

De Anne Delstanche con la colaboración de Rolando Pujol e Idanis Rego

 

Synopsis: 

Français:

Le documentaire parle du projet urbain de rénovation du centre historique de La Havane capitale de Cuba. Le film explique comment est réalisée la rénovation du centre historique, l’originalité de sa conception, le financement autogéré par l'Office de l'Historien et la globalité du projet qui est à la fois urbanistique, architectural, environnemental, culturel et social. Le documentaire présente des images du centre historique, de la vie urbaine et culturelle. Des explications données par Eusebio Leal Spengler, historien de La Havane et personnage central du projet de réhabilitation. Des interviews de responsables de projets et des habitants de la vieille ville.  

 

Español 

Un documental sobre la obra de rehabilitacion de La Habana Vieja. Le pelicula explica la originalidad del proyecto, el sistema de autogestion y el aspecto global de la obra, arquitectura, urbanismo, social, cultural, ambiental. El documental presenta imagenes del centro historico, de la vida urbana y cultural, incluye explicaciones de Eusebio Leal Spengler, historiador de la Ciudad de La Habana y entrevistas a responsables de proyectos y habitantes del Centro Historico. 

 

 

 

PRESSE: Paru dans WOXX / Luxembourg le 22.11.2007

CUBA

Rénovations révolutionnaires

Luc Caregari

Anne Delstanche du département de sociologie du travail à l'ULB, est aussi cinéaste par passion. A ce titre, elle a fait un documentaire sur la capitale cubaine intitulé « La Havane : L'utopie en construction ». Lundi dernier elle était au Casino syndical pour présenter le film lors de la « Semaine cubaine ».

 

Passionnée de films comme d’architecture: Anne Delstanche.

woxx : Quel était le déclic pour faire ce film, surtout pour vous qui n'êtes pas cinéaste à la base ?

Anne Delstanche : Le film en tant que moyen d'expression est quelque chose qui m'a toujours fasciné. Etant plus jeune, j'avais abandonné des études de cinéaste et comme cela, sur mes vieux jours, je renoue avec le passé. Et puis, pour la Havane : cela me faisait trop mal de voir cette vieille ville se désintégrer et tomber totalement en ruine. Mais, je ne voyais pas de solution pour un projet de rénovation qui coûterait beaucoup d'argent, dans un pays qui en a si peu. J'étais un peu désespérée, jusqu'au jour où j'ai vu qu'effectivement ils avaient commencé à prendre cela en main. J'ai suivi le projet de très près et quand il était bien avancé, j'ai demandé au directeur du projet de venir tenir une conférence à Bruxelles en 2003.

Que vous avez filmée ?

Oui, j'ai filmé cette conférence avec une arrière-pensée, mais sans avoir vraiment de projet cinématographique. Celui-ci a été conçu sur la conférence.

Pensez-vous que le modèle de rénovation solidaire d'une ville pourrait fonctionner en Europe ?

A mon avis, ce serait très difficile dans la mesure où il y a chez nous un problème de spéculation qui n'existe pas là-bas. Ici on devrait racheter les terrains à des sommes folles, alors qu'à Cuba ils sont beaucoup plus libres de faire les travaux comme ils l'entendent.

Le bureau de l'historien - qui est en charge des travaux de rénovation - dispose d'une énorme autonomie. Qu'en pense le gouvernement ? Et Fidel ?

Le gouvernement lui a accordé cette autonomie, cela veut dire qu'il est positif et partant dans le projet. Qui plus est : il lui a donné l'autonomie en pleine période de crise - après la fin de l'Union soviétique - où l'on ne voyait plus comment continuer à entretenir les bâtiments. A ce moment-là ils ont décidé d'utiliser le tourisme pour faire rentrer l'argent qui devait servir à rénover la ville. Ils ont donc commencé par rénover les hôtels. Quand les personnes de l'extérieur sont venues pour dépenser leurs sous, ils ont investi l'argent ainsi récolté dans des projets sociaux, des projets architecturaux et petit à petit ils ont agrandi le projet.

C'est-à-dire que La Havane est sauvée par une petite ouverture au capitalisme ?

Je ne sais pas si c'est aussi simple que cela. On a beaucoup tendance à parler de communisme et de capitalisme. C'est vrai que Cuba connaît une certaine forme de socialisme, mais je pense qu'avant tout qu'ils sont très pragmatiques et essaient de s'en sortir, tout en gardant une certaine justice sociale. Malgré tout, à Cuba, de grosses erreurs se sont passées et se passent encore aujourd'hui. Cela reste tout de même un pays qui a réussi à échapper à certains schémas, par exemple à ceux des voisins de la Russie. Ils sont assez ouverts, et il y a toujours eu quand même une certaine discussion interne qui a fait que le pays n'a jamais été aussi fermé que d'autres.

 

  Vous pensez que le modèle établi par le bureau de l'historien peut survivre au régime de Fidel Castro ?

  Je crains très fort que non. Si le régime change et qu'on arrive vraiment à un gouvernement dans le style pro-américain, à mon avis on va vouloir détruire tous ces édifices et on verra un Manhattan tropical se construire.

 

 

Commentaires / Comentarios: 

 

Français

- Je suis étudiante en école d'architecture et en design d'environnement, et "La Havane, utopie en construction" a été pour moi la source d'un projet de diplôme en Bretagne. Un documentaire magique et passionnant sur ce qui

pourrait devenir plus qu'une utopie, et dans bien d'autres contrées du monde.

Anne-Sophie 2008

- Parfois avec deux mains nues on fait danser les rêves ... L'ingéniosité est la réponse des peuples opprimés.

Mang 29.9.2006

- Quelle merveille de voir se réaliser, avec élégance, talent et intelligence, un projet dont j'ai si souvent rêvé!  Il est rassurant et délicieux de découvrir une oeuvre nécessaire parmi tant d'entreprises superflues.

Malignon Philippe 30.9.2006

- De l'ingéniosité, de l'initiative et du partageŽaux rires, aux petits cris des enfants, Anne a pu,

avec beaucoup de talents, montrer les émois essentiels et dans l'espace restreint du temps, 7':30.   merci  Anne - Opusmang 2010

 

Español

- Ya vimos la película, te llega esta "crítica" solo de alguien que ama la cultura, y por encima de todo ama esta Habana, que me vió nacer y me verá morir, con todas sus virtudes y defectos ......no me explico como tú, llegada de tan lejos encontraste esos claroscuros y ese sol, tan míos y que nunca había visto.

...Realmente has hecho un trabajo de mesa e investigativo amplio, pero lo que muestras, yo que me creía un avezado conocedor de esta ciudad con sus columnas, plazas y catedral, ha sido totalmente nuevo. He descubierto infinidad de detalles.No es por darte "bombo" por que te conozco y quiero, pero de verdad para los estudiosos o simplemente para el que quiera conocer esta Habana abierta y hacia adentro, debería ver este redes(vela)cubrimiento de tu(nuestra) utopía. Pienso además que has dado un discurso didáctico apartandote de todo didactismo banal, caminando por caminos mil veces trillados, por el que tú vuelves a pasar,-pero sin pisar,

y esto es lo importante y novedoso- donde otros cientos antes que tu ya pisaron....quiero felicitarte por esos ojitos mágicos y luminosos con que fotografiaste esta (MI - NUESTRA) CIUDAD a partir de ahora podrás mostrar para el bien de todos, la capital de todos los cubanos y de cuantos la quieran y la amen para bien.

AL

Pages

 

1- Présentation

 

2- Pages :     link

 

3- Agenda :     link

 

4- Documentaires :      link

 

5- Interviews :      link

 

6- La réalisatrice :      link

 

7- Curriculum :     link

 

8- Comprendre le monde :      link

 

9- Le cinéma cubain :      link

 

10- La musique cubaine :      link

 

11- Silvio Rodriguez :     link

 

12- Biennale de La Havane :     link

 

13- Voyager à Cuba autrement :     link

 

14- Haïti deux ans après :    link

 

15- Bolivie :     link

 

16- Festival de cine pobre :    link

LA REALISATRICE/FILMOGRAPHIE & FESTIVALS - REALIZADORA/FILMOGRAFIA Y FESTIVALES

LA RÉALISATRICE

1967 à 1970 - Formation sociale, orientation coopération au développement.

 1971 - Université Libre de Bruxelles, sociologie du travail

En 1991, elle s'engage aux côtés de OXFAM Solidarité dans le cadre d'une coordination et participe à l'organisation de conférences et journées d'information où elle sera essentiellement chargée de la partie culturelle, cinéma, concerts, expositions.

En 1999, elle participe à la création de l'AECS asbl (Association pour l’échange culturel et social entre l’Europe et la Caraïbe) dont le but est de faire mieux connaître la richesse culturelle de la Caraïbe.

Après avoir réalisé plusieurs petits films en autodidacte, elle s’inscrit en 2004 à une formation cinéma au "Centre multimédia de Bruxelles" et part à La Havane afin d'y réaliser son premier film sur le projet de réhabilitation du centre historique.

 

LA REALIZADORA

1967 - 1970 formación social, orientación cooperación al desarollo

1971 - Universidad Libre de Bruselas, sociología En 1991, empieza a trabajar con Oxfam Solidaridad en el marco de una coordinadora y participa a la organización de conferencias, días de información donde se dedica a la parte cultural de los eventos. Cine, conciertos, exposiciones. En 1999 participa a la creación de la AECS.asbl (Asociación por el intercambio cultural y social entre Europa y el caribe) cuya meta es dar a conocer la riqueza cultural del Caribe. 

En el 2004 sigue una formación de cine en el Centro Multimedia de Bruselas y sale para La Habana para realizar su primero documental sobre el proyecto de rehabilitación del Centro histórico de La Habana.

    

FILMOGRAPHIE :

2006 : La Havane, utopie en construction

2007 : Le cinéma invisible sort de l'ombre

2009 : Bolivie, une révolution élue

2010 : Le soleil, nouveau pétrole de Cuba?

2012 : Haïti, l'appel du lambi

Courts métrages et interviews:

2009 : Bruxelles : C'est toujours le temps où Bruxelles bruxellait.

2011 : Interview du Professeur Fabio J. Linates (Vidatox)

2012 : Appel de Adriana Pérez, Parodie de justice à Miami

2012 : Interview de Mariella Castro

2012 : ELAM : Médecins de science et de conscience

2012 : Haïti - Le chemin du développement  Wi Mwen Kapab (Yo si puedo)

2012 : CNN Manipulation médias


FILMOGRAFÍA

2006 : La Habana, utopía en construcción

2007 : El cine invisible en plena luz

2009 : Bolivia, una revolución elegida

2010 : El sol, ¿nuevo petróleo de Cuba?

2012 : Haití, el llamado del caracol reina.

Cortes y entrevistas

2009 : Bruselas 

2011 : Entrevista al profesor Fabio J Linares (Vidatox)

2012 : Entrevista a Adriana Pérez

2012 : Entrevista a Mariella Castro

2012 : ELAM : Medicos de ciencia y conciencia

2012 : Haiti - Yo si puedo : el camino del desarollo

2012 : CNN medios y desinformac

 

PARTICIPATION AUX FESTIVALS - PARTICIPACIÓN A LOS FESTIVALES

Festival du cinéma Ibero-américain de Bruxelles (Belgique)

Festival de Cine Pobre de Gibara (Cuba)

Festival de Cine de los Derechos Humanos Sucre (Bolivia)

Festival ProDocumentales de Albacete (España)

Festival de Flandres Anvers (Belgique)

Festival ATTAC Bruxelles (Belgique)

Festival LatinoDocs de Toulouse (France)

Festival de la culture cubaine avec la commune d'Evere (Belgique)

Festival Colores latinos de Lille (France)

Festival Terra Pointe à Pitre (Guadeloupe) 

Festival de cine invisible "Filme Sozialak" 2012 BILBAO  (Espagne)

pages

1- Présentation

2- Pages :     link

3- Agenda :     link

4- Documentaires :      link

5- Interviews :      link

6- La réalisatrice :      link

7- Curriculum :     link

8- Comprendre le monde :      link

9- Le cinéma cubain :      link

10- La musique cubaine :      link

11- Silvio Rodriguez :     link

12- Biennale de La Havane :     link

13- Voyager à Cuba autrement :     link

14- Haïti deux ans après :    link

15- Bolivie :     link

16- Festival de cine pobre :    link

LE CINEMA CUBAIN

C’est en 1959 que Alfredo Guevara fonde  l'ICAIC. C’est avec son ami brésilien Glauber Rocha qu’il devient l'un des "théoriciens" du "Nouveau cinéma latino-américain". 
Avec d'autres amoureux du cinéma menés par l'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de littérature 1982, il crée la « Fondation du Nouveau cinéma latino-américain ».
Alfredo Guevara  a toujours dirigé l'ICAIC avec une grande ouverture d'esprit, ouvrant ainsi la porte au débat et à la créativité. Il n’a jamais craint la critique et a toujours défendu ses points de vue avec conviction en toutes circonstances. Il a aujourd’hui laissé la direction de l’ICAIC à Omar Gonzalez et préside le fameux « Festival Internacional de Cine Latinoamericano » de La Havane.

Le rendez-vous est incontournable et annuel. Le « Festival de cinéma Latino-américain de La Havane » a lieu chaque année en Décembre. Certains cubains prennent leurs vacances à ce moment et voient jusqu'à 6 films par jour, les queues sont gigantesques et nombreux sont les étrangers qui viennent aussi s'enfermer dans les salles obscures. Le festival est reconnu de manière internationale et est extrêmement populaire en Amérique Latine.

Dès l’avènement de la révolution, L’ICAIC fait preuve d’un grand dynamisme et le cinéma cubain se développe à toute allure. Des camions cinéma partent dans les villages les plus reculés pour montrer le cinéma aux paysans qui assistent pour la première fois à ce genre de spectacle. En décembre 1985 est fondée l’Ecole latino-américaine de cinéma de San Antonio de los Baños en collaboration avec des réalisateurs et intellectuels de toute l’Amérique latine. 

Parmi les cinéastes les plus importants d'Amérique latine se trouvent ceux de Cuba avec des films remarquables comme « Memoria del subdesarollo », «La muerte de un burócrata », « Fresa y chocolate » de Tomás Gutierez Alea. Les documentaires de Santiago Álvarez, « Madagascar », « Suite Habana », de Fernando Pérez,  reconnu par la critique internationale et titulaire de plusieurs prix ainsi que « Viva Cuba », de Juan Carlos Cremata, qui a reçu le Prix Jeune Ecran du Festival de Cannes 2005. 
Une nouvelle génération a pris le relais avec Pavel Giroud, Arturo Infante … Un Festival des jeunes réalisateurs est organisé tous les ans à La Havane.

L'ICAIC récupère lentement des conséquences de la terrible crise des années 90.
La recherche de nouvelles formules de production, l'utilisation de nouvelles technologies, la création de films à petit budget et l'association avec des producteurs étrangers lui ont donné une nouvelle impulsion.

 

Le  festival international du cinéma pauvre est né en 2003 et se déroule à Gibara, une petite ville de la province d’Holguin, dans l’Est de Cuba.

C'est Humberto Solas,  réalisateur cubain aujourd’hui décédé qui en est le fondateur. La crise des années 90 a eu des répercutions très graves sur le cinéma cubain, Solas a alors décidé de favoriser une nouvelle façon de faire du cinéma avec des moyens économiques limités. Une espèce de laboratoire qui devrait aboutir à la création d’un réseau international du cinéma pauvre capable de rassembler des jeunes talents, des moyens matériels et un capital spirituel important. Une façon aussi de démocratiser le cinéma et de donner la parole à des réalisateurs à qui on ne donne aucune chance de présenter leurs œuvres dans les grandes salles du cinéma commercial.
Le festival est une alternative à la globalisation cinématographique  et une référence mondiale en ce qui concerne la production audiovisuelle à thèmes sociaux, humains et politiques.

Pages:

 

1- Présentation

 

2- Pages :     link

 

3- Agenda :     link

 

4- Documentaires :      link

 

5- Interviews :      link

 

6- La réalisatrice :      link

 

7- Curriculum :     link

 

8- Comprendre le monde :      link

 

9- Le cinéma cubain :      link

 

10- La musique cubaine :      link

 

11- Silvio Rodriguez :     link

 

12- Biennale de La Havane :     link

 

13- Voyager à Cuba autrement :     link

 

14- Haïti deux ans après :    link

 

15- Bolivie :     link

 

16- Festival de cine pobre :    link

 

17:09 Publié dans Cinema / Cine, Cuba | Lien permanent |  Facebook |

BOLIVIE & Festival de Cine de los derechos humanos de Sucre

Veredicto del jurado Festival 2009

 

Festival cine jurado del Festival DDHH de Sucre Bolivia DSC04561c

El jurado conformado para evaluación los films en competición internacional dentro del 5to Festival de Cine de los Derechos Humanos, después de una evaluación rigurosa del conjunto de producciones realizadas por los meritorios directores y sus equipos, tiene el honor de dar a conocer el siguiente resultado:

 1º Expresamos nuestra admiración y respeto hacia todas las producciones realizadas porque las mismas demuestran calidad y un compromiso por los derechos humanos, resultando por ello muy difícil la decisión asumida.

2º Sin desconocer los méritos del conjunto de producciones concursantes, arribamos a la siguiente conclusión:

CATEGORÍA CORTOMETRAJE

Ganador: Boomerang                                                                                     

Tema: Discapacidad                                                                                  

Director: Daryoush Garibzabeh                                                                       

País: Irán 2008

 Por la manera original de abordar la temática de la discapacidad y por la tenacidad expuesta por la filmación para sobrepasar y vencer los obstáculos.

 MENCIONES ESPECIALES

1º Tsímane                                                                                                   

Tema: Pueblos Indígenas                                                                            

Director: Patricio Maldonado, Rubén Chacón                                                    

País: Bolivia 2009

 Por exponer la situación de exclusión social y el grado de vulnerabilidad que afecta al pueblo Tsimane.

 2º Aranceles                                                                                          

Director: Melo Viana                                                                                        

País: Brasil 2008

 Por la estética metafórica lograda y la singularidad del enfoque propuesto para abordar el tema de la alineación de su propia cultura.


CATEGORÍA MEDIOMETRAJE

Ganador: Tentayape, la última casa                                                           

Tema: Pueblos Indígenas                                                                              

Director: Roberto Alem Rojo                                                                            

País: Bolivia 2008

 El tema central derecho a la identidad es tratado con claridad desde el principio. Otros temas secundarios, como la búsqueda de un estilo de vida alternativo a la sociedad de consumo, son tratados en el desarrollo del tema por el contraste entre escenas de vida en la comunidad, donde el trabajo es parte del encuentro comunitario y la explotación en la zafra.

El manejo del lenguaje visual es bueno. Con poco apoyo del comentario. Son los propios actores los que muestran el mensaje con su vida.

Destacamos que el principal actor, el “capitán grande”, por su papel como defensor del derecho de la comunidad a vivir como son.

Consideramos que la película transmite valores importantes tanto para el contexto actual que vive el país como para el contexto mundial por los problemas que la globalización está ocasionando.

 MENCIÓN ESPECIAL

Lucanamarca                                                                                              

Director: Carlos Cárdenas y Héctor Galves                                                      

País: Perú 2008

 Por la gran cualidad de cinematografía y narración que revela las luchas de reconciliación y el pasado complejo del pueblo de Lucanamarca en Perú que fue y sigue siendo un ejemplo para todos.

 

CATEGORÍA LARGOMETRAJE

Ganador: El Juez y el General                                                               

Tema: Justicia                                                                                                              

Director: E. Fransworth / Patricio Lanfranco                                                         

País: EEUU/Chile 2008

Por la búsqueda rigurosa de la verdad, su mensaje de esperanza y su contundente llamado a la justicia.

 MENCIONES ESPECIALES

 El cementerio de los Elefantes                                 

Tema: Memoria                                                     

Director: Tonchi Antezana                                              

País: Bolivia 2009

 Para que la indiferencia, la exclusión social y la desesperación no sean ya una realidad en nuestras sociedades.

 

 2º Contra el grano: Una guía de supervivencia                                    

Tema: Cultura                                                                                           

Director: Ann Kaneko                                                                                       

País: Perú 2008

Por la originalidad del enfoque artístico y por resaltar la fuerza e importancia de la cultura como medio de resistencia y denuncia frente al poder.

De acuerdo con el conteo de votos el Premio del Público ha sido otorgado a:         

El Cementerio de los Elefantes                                      

Director: Tonchi Antezana                                               

País: Bolivia 2009

Para que la indiferencia, la exclusión social y la desesperación no sean ya una realidad en nuestras sociedades.

El jurado Internacional:

Waldo Albarracín - Bolivia

Adrienn Luckas - Holanda

César Pérez - Bolivia

Anne Delstanche - Bélgica

Gabino Dominguez - Bolivia

Jeffrey Hodgson - Suiza

Rafael García - Bolivia

Estelle Varas - Bélgica

 

 

 Festival de cinéma des Droits de l'Homme en Bolivie:

 

4 Festival IMGA0322blog

 Salle comble chaque soir, le Festival est un événement dans la petite ville de Sucre.            

 

 

4 Festival DSC04581blog

L'Equipe de choc du Festival qui accompli une tâche extraordinaire et nous offre un accueil chaleureux.

 

 

4 Festival DSC04643blog

Et le directeur avec ses invités équatoriens venus présenter leur spectacle de danse.

 

4 Festival cine DDHH DSC04572blog

Les élèves qui ont suivi la formation de cinéma au sein du Festival reçoivent leur certificat. Le professeur est un cinéaste de l'INSAS à Bruxelles et le cours sucite beaucoup d'interêt.

 

 

4 Festival cine DDHH DSC04557blog

Moment de détente, s'y retrouvent le jury, les réalisateurs, conférenciers, artistes venus des 4 coins du monde pour le Festival.

 

 

4 Festival DSC04642blog

participation d'une délégation de la communauté Kallawayas qui viendront présenter le documentaire de Frédéric Cordier en avant première pour la Bolivie.

 

 

5 Fiesta nativa DSC04613blog

Cérémonie de pose de la première pierre de la future cinémathèque des droits humains de Sucre

 

 

5 Fiesta nativa DSC04620blog

Fiesta nativa pour la cinémathèque, les habitants participent.

 

 

5 Fiesta nativa IMGA0329blog

 

 

Bolivie


1 A Avion Santa Cruz Sucre DSC04522c

 

Il faut savoir que la Bolivie est un pays potentiellement riche, son sous-sol regorge de matières premières, c’est le deuxième pays d’Amérique latine producteur de gaz naturel, il détient du pétrole, du zinc, de l’étain, de l’argent. Et malgré tout cela le pays a la triste réputation d’être le plus pauvre d’Amérique latine.  

 La Bolivie n’a pas échappé à la règle qui veut que la plupart des pays d’Amérique latine ont eu à souffrir dans les années 70 de coups d’Etat qui ont mis au pouvoir des dictatures militaires extrêmement répressives (assassinats, disparitions, tortures en étaient le lot quotidien)  suivies de gouvernements « démocratiques » élus par une toute petite minorité de la population, car la majorité ne se reconnaissait pas dans les candidats et ne prenait donc pas la peine d’aller voter. Des gouvernements qui se suivaient et se ressemblaient et dont la politique néolibérale outrancière n’a fait qu’aggraver la réalité d’une société très divisée entre quelques familles extrêmement riches et un énorme pourcentage de laissés pour compte. 

Ces gouvernants ont bradé les richesses de la Bolivie à des multinationales et l’oligarchie s’est réservée les meilleures terres par des moyens qui n’avaient rien de légaux. La richesse se retrouve donc entre les mains de quelques familles qui s’empressent de placer leur argent dans les banques étrangères.  

Les dirigeants n’avaient pratiquement pas de politique de développement, il suffit de voir l’état des routes pour s’en convaincre, aucune infrastructure.  

Alors que la Bolivie est un des plus importants producteurs de gaz naturel, le pays est pourtant celui d’Amérique latine où l’accès à l’énergie électrique est la plus faible, 67% de la population, c’est surtout dans les villes que la population a accès, et encore … pas partout. Quand aux zones rurales, elles vivent encore à l’aire de la bougie et de la lampe à pétrole. Une population qui souffrait d’un taux d’analphabétisme élevé, jusqu’il y a peu et l’accès à la médecine était réservée à ceux qui avaient les moyens de payer.  

La population indigène discriminée, objet d’un mépris insupportable comme c’est le cas dans tout le continent et vivant dans des conditions d’extrême pauvreté.

Lorsqu’en 2005, se présente Evo Morales à la présidence, un syndicaliste d’origine indigène, la population andine qui depuis plusieurs siècles lutte pour la reconnaissance de ses droits, se réveille et va voter massivement. Pour la première fois un président sortira vainqueur des élections avec un pourcentage de votes de plus de 50%.

 La première tâche que se donne le nouveau gouvernement est de lutter pour la récupération des ressources naturelles au bénéfice de toute la population (70% vivent en dessous du seuil de pauvreté). Les fonds récupérés doivent servir à développer le pays, construction de route, projet d’électrification, et à soulager la population de la misère dans laquelle elle se trouve : Différents programmes d’aide sociale sont en route : une pension minimum (la renta dignidad), est octroyée aux personnes âgées qui jusque là n’avaient droit à rien et survivait tant bien que mal, une aide aux écoliers pour lutter contre l’absentéisme scolaire et le travail des enfants, une aide à la maternité ….

Des accords de coopération sont signés entre le gouvernement bolivien et le gouvernement cubain qui apportera son appui à la campagne d’alphabétisation avec de bons résultats, le pays est déclaré « Libre d’analphabétisme » en décembre 2008.

Tout cela au milieu d’une opposition de plus en plus violente qui tente d’empêcher toute réforme et fera tout ce qu’elle peut pour bloquer la naissance d’une nouvelle constitution. Tous les moyens sont bons, assassinat de paysans, violences et graves offenses aux peuples indigènes, tentatives de déstabilisation,  préparation d’actes de terrorismes et complots en vue d’assassiner le président.

 


La Paz DSC04707r+

La Paz

 

La Paz DSC04702r+

 

 

Sucre DSC04538c

Sucre

 

 

Sucre DSC04537r

 

 

Sucre DSC04536r+

 


L'an dernier (le 25 avril 2008), le président Evo Morales, premier président d'origine indigène devait se rendre à Sucre pour y participer à la commémoration d'un événement historique, celui de la première révolte qui a fini par aboutir à la décolonisation. Des jeunes appartenant à l'oligarchie l'ont empêché de se rendre dans la ville et ont traîné les gens qui étaient venu l'accueillir sur la place publique, les ont battu, déshabillés, mis à genoux crachant sur eux, une violence inouïe, offensés, battus, humiliés, les indigènes ont décidés de revenir cette année sur la grand place pour dénoncer ces actes qui n'ont jusqu’à aujourd’hui même pas été punis par les autorités de la ville (dirigée par l’opposition)  qui tolèrent ce genre d’actes puisqu’ils n’ont rien fait pour poursuivre les responsables.

 

 

Sucre marcha contra el racismo IMGA0414r+

Sucre: 24 mai 2009 manifestation de protestation contre le racisme et les violences de 2008

 

Sucre manif contre acisme DSC04749r

Cette année, le gouvernement décide de célébrer le bicentenaire dans trois villages de la province de Chuquisaca, de nombreuses représentations diplomatiques seront présentes.

  

 

Tcataquila IMGA0405r 

A Tchataquila,

 

Ravelo IMGA0386c

Ravelo

 

El Villar Evento bicentenario del grito liberatorio IMGA0443c

 El  Villar

 

El Villar IMGA0430c

 

 

El Villar bicentenario IMGA0442r+

 

.......................................................................

Bruxelles, 7 décembre 2007

Rencontre avec le cinéaste bolivien HUMBERTO MANCILLA et l'ambassadeur de Bolivie CRISTIAN INCHAUSTE

Organisé par L'Ambassade de Bolivie en Belgique, le SEUL, Le Comité de Solidarité pour la Bolivie, Les Amis de Cuba.asbl, Cubanos en Bélgica.ASBL

A l’ULB: Faculté des sciences humaines - Auditoire H22-15 - 19h30

LE CINEMA ET LE PROCESSUS SOCIAL DANS LA BOLIVIE DU 21ème SIECLE, REFLEXION SUR LES EVENEMENTS DE CES DERNIERES SEMAINES EN BOLIVIE

avec

HUMBERTO MANCILLA : Cinéaste bolivien et directeur du "Festival de cine de los derechos humanos" Sucre Bolivie & S.E. Mr CRISTIAN INCHAUSTE Ambassadeur de Bolivie en Belgique

La soirée commencera par la projection de 4 films choisis dans le catalogue du "Festival de cine de los derechos humanos de Sucre en Bolivie



250Tupaj Katari2bmp     250 Tupaj Katari   

 

250Tupaj Katari43



  1. El Espiritu de Tupaj Katari de Humberto Mancilla - 2006- 30m - VO St français. Le mouvement autochtone bolivien qui a porté Evo Morales à la présidence de la Bolivie réalise une prophétie ancienne.
  2. Sueños del pais de Alfredo Ovando, Bolivia, 2004, 10min. documentaire.Les enfants et  adolescents donnent la vision du pays auquel ils rêvent et l’expriment au travers de maquettes. Ils découvrent comment améliorer la situation et rêvent d’une Bolivie qui associe les enfants et les adolescents.
  3. . La sangre de la Pachamama - de Pablo Solon, Bolivia, 2003, 16 min. documentaire. Illustre la problématique de l’eau, en particulier dans les zones des hautes Andes. Ce documentaire a été un instrument extraordinaire pour expliquer au public le danger qu’il y a à exporter les eaux souterraines des  communautés montagneuses de Bolivie, du Pérou et du Chili, des zones qui souffrent d’un processus de désertification. 
  4. Caminos en democracia  de Jesús Pérez, Bolivia, 2007,13 min. Dessin animéCe film parle du problème de la cohabitation démocratique dans un pays en constant processus de changement.    

Entrée libre.


 a festival bolivia


Festival de cinéma à Sucre :

Vous pouvez consulter le site web à cette adresse.

http://www.festivalcinebolivia.com/Principal.htm 



Conférence du 7 décembre 2007

 

DSC03205

DSC03216

 

 

         
   DSC03209




DSC03207        

Pages :

1- Présentation

2- Pages :     link

3- Agenda :     link

4- Documentaires :      link

5- Interviews :      link

6- La réalisatrice :      link

7- Curriculum :     link

8- Comprendre le monde :      link

9- Le cinéma cubain :      link

10- La musique cubaine :      link

11- Silvio Rodriguez :     link

12- Biennale de La Havane :     link

13- Voyager à Cuba autrement :     link

14- Haïti deux ans après :    link

15- Bolivie :     link

16- Festival de cine pobre :    link